Égarons-nous au nom des grandes valeurs

La grande confusion qui règne  au sein des esprits des socialistes qui nous gouvernent impose  aux citoyens de gauche de s’interroger sur ce qui doit désormais  les rassembler.

 L’égalité,  la solidarité, la générosité, le progrès sont les  valeurs  qui ont toujours imprégnées les parcours des militants. Aujourd’hui, au nom du sacro-saint principe de réalité politique et économique, il leur est demandé de les mettre entre parenthèses voire de  les oublier sous peine d’égarement et pourquoi pas à terme de déchéance de leur nationalité.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui sonnent le glas pour ceux qui se croyaient, se pensaient, se vivaient français et qui avaient oublié qu’ils n’étaient  que les autres.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui définissent les  autres, les français d’appoint, les français de circonstance, les français accessoires, les français de secours et surtout les français potentiellement dangereux. L’histoire retiendra que c’est à un autre que sera dévolue la mission de mettre les siens à l’écart de la citoyenneté.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui inoculent dans l’inconscient des français qui se croient de souche que l’origine « d’ailleurs » de leurs compatriotes serait un facteur de déviance meurtrière.

En plus d’être une porte ouverte à toutes les dérives racistes et xénophobes,  cette mesure infâmante va donc  faire scission au sein de la société française et  remettre en cause non seulement le droit du sol mais également le droit du sang.

Car, comme l’on voudrait nous le faire croire, les autres ne sont pas que des naturalisés, ils sont aussi issus de vrais mariages mixtes entre autochtones et venus « d’ailleurs ». Qu’est-il donc prévu pour ces moitiés d’autres de souche, ces moitiés d’autochtones ?

Combattants de la double peine, nous voilà face à une nouvelle  peine exceptionnelle,  invraisemblable et incompréhensible, car si, nous sommes tous en accord avec l’implacable lutte contre le terrorisme que la France et le Monde doivent mener pour assurer paix et sécurité à tous les peuples, nous ne pouvons  accepter de croire en l’efficacité de la déchéance de la nationalité pour combattre la barbarie et l’obscurantisme.

Déchéance de la nationalité, cette dérive symbolique surréaliste marque définitivement  la limite de notre camaraderie socialiste, de notre soutien de militant de gauche à la gouvernance actuelle.

Aussi, fidèles à nos convictions, égarons-nous  au nom des grandes valeurs.

 

 

 

Publié dans ACCUEIL | Commentaires fermés

Une belle et lumineuse année 2016

Afficher l'image d'origine

Je tiens à souhaiter à l’ensemble des bonneuillois et bonneuilloises une heureuse année 2016 au nom du groupe socialiste. Après une année 2015 difficile marquée par la barbarie terroriste qui sévit tant en Orient qu’en Occident, il convient aujourd’hui de rassembler nos forces et d’insuffler un nouvel élan d’espoir au sein de la société française. L’explosion des extrêmes, la crise économique ambiante ou encore les effets multiples de la mondialisation tendent à nous faire oublier le sens de nos valeurs républicaines. Et pourtant elles sont plus nécessaires que jamais.

La liberté, rappelons-le, c’est pouvoir exprimer et défendre son opinion. Sans liberté, il nous serait alors impossible de construire notre propre chemin de vie.

L’égalité, c’est donner à chaque citoyen les mêmes possibilités de réussite et pouvoir dépasser les différences socio-économiques et culturelles.

La fraternité, c’est accepter l’autre, celui qui est différent de moi, comme même partenaire du monde et de faire de cet autre le socle républicain du vivre-ensemble.

C’est sous le signe de la République « une et indivisible » que je tiens à vous exprimer l’engagement sincère et dévoué du groupe socialiste qui œuvre avec vous dans la défense de nos valeurs qui demeurent les piliers fondateurs d’une société juste et humaniste.

Akli Mellouli

Président du groupe socialiste

Publié dans ACCUEIL | Commentaires fermés

La crise des migrants?

« La crise des migrants » est partout, l’expression n’a cessé d’essaimer dans les médias et les discours politiques. Comme d’habitude, le terme de crise fait recette et il n’y a pas un jour de l’année où nous ne connaissions pas une situation critique.

A chacun donc de souligner la complexité de la situation, ses ramifications géopolitiques, économiques, sociales voire culturelles.  Ce qui nous amène à opérer des distinctions byzantines entre les bons et les mauvais migrants, à pointer du doigt les responsables, à porter le débat sur tout autre chose, l’Union Européenne, l’Islam, nos relations avec Vladimir Poutine. En somme, « la crise des migrants » est une expression si creuse qu’on en voit jamais le fond.

Afficher l'image d'origine

Continuer la lecture

Publié dans ACCUEIL | Commentaires fermés

Houellebecq nous prend-il au sérieux?

soumissionJe n’ai pas lu le  dernier roman de Michel Houellebecq. Comme beaucoup j’en connais les grandes lignes et son omniprésence médiatique m’oblige à prendre position non vis-à-vis de son livre mais relativement à ses déclarations.

L’auteur aime choquer et on pourrait même croire que certaines fois tout ceci n’est qu’un jeu pour lui.  Ses acrobaties sémantiques autour du terme d’islamophobie confirmant que l’on a plus le sentiment d’assister à un jeu avec les journalistes qu’à un débat sérieux.

Finalement, une question m’anime, faut-il prendre Houellebecq au sérieux ?

Continuer la lecture

Publié dans ACCUEIL | Commentaires fermés
Page 1 sur 57123510Dernière page »