Soutient Martine AUBRY

Martine Aubry fait campagne pour son protégé Akli
Cantonales
Victor Dixmier

C’EST UN SOUTIEN de poids. Hier, une ex-ministre du gouvernement Jospin a fait irruption dans la campagne électorale à Bonneuil-sur-Marne : Martine Aubry a parcouru les rues de la ville aux côtés de son  » poulain « , Akli Mellouli, candidat socialiste aux cantonales.  » Je connais depuis sept ans son investissement sur la vie des quartiers « , glisse la maire de Lille (Nord) à son arrivée.
Un déplacement bienvenu pour le conseiller municipal. Car la bataille s’annonce très difficile face à la sortante communiste, Danielle Maréchal, élue avec 44 % des suffrages en 1998.
 » Un petit jeune qui monte « 

Mais  » sur le canton, le PS devançait le PCF de six points aux dernières législatives « , tempère Akli Mellouli. Et certains rêvent déjà de faire basculer une commune acquise au PCF depuis 1936. Même si Martine Aubry le rappelle :  » Notre opposant, c’est la droite, pas le Parti communiste.  » Chez les habitants en tout cas, l’effet Aubry semble fonctionner à merveille. Veste noire et chemisier rouge, l’ex-ministre semble très à l’aise.  » C’est un petit jeune qui monte ! « , plaisante-t-elle, paquets de tracts en main, en désignant Akli Mellouli. Mais au centre-ville, c’est surtout elle que les passants reconnaissent.  » Je me disais bien que j’avais déjà vu cette dame ! « , s’exclame un retraité aux tempes grisonnantes, à la porte d’une boulangerie. Dans un café, Jeanne,  » fidèle au PS, le parti des ouvriers « , salue  » madame la ministre « , avant de se tourner vers le protégé de Martine Aubry :  » Maintenant, je vous connais !  » Cité Saint-Exupéry, en revanche, le visage de l’ancien animateur est déjà connu de tous. Au pied des façades fraîchement repeintes, les habitants saluent  » Akli « , l’enfant du secteur. Survêtement blanc et bleu, un adolescent encense le candidat :  » Il ment pas, il est direct, et il a grandi ici !  » Mais l’intéressé ne souhaite pas être seulement  » le candidat des quartiers « .  » Il a été choisi pour ses compétences, pas pour ses origines, insiste Martine Aubry. Il est seulement aux couleurs de notre pays. « 

Publié dans ACCUEIL, Dans la presse, Hors Champs | Commentaires fermés sur Soutient Martine AUBRY

Entretient bio akli

Entretien le 04/12/2003
Nous avons rencontré Akli Mellouli, militant associatif à l’époque de la marche. Aujourd’hui, conseiller municipal PS de Bonneuil-sur-Marne dans le Val-de-Marne, il nous donne son impression vingt ans après…
1. Quel souvenir gardes-tu de cette période 1983-84 ? As-tu participé à ces marches ?
A l’époque j’étais animateur dans une MJC du Val-de-Marne. On a suivi les événements dans les médias comme la plupart des gens. Pour sensibiliser les jeunes de nos quartiers à ce combat, on a organisé un tournois de football dont la finale a eu lieu au stade Charléty. Un match qui opposa Créteil/Bonneuil à Bondy et dont l’arbitre était Daniel Cohn-Bendit ! Après cela, certains d’entre nous ont participé à la Marche pour l’égalité, celle qui avait eu lieu à mobylette…
2. Quel bilan tires-tu 20 ans après ?
Sur la durée, un élément positif est qu’il y a eu une prise de conscience, l’élément négatif est que l’instrumentalisation a été très rapide. C’est à ce moment que le concept de  » beur  » est apparu. Pour moi, c’est un terme péjoratif parce qu’il suggère un  » entre deux « . Pas tout à faire maghrébien et pas entièrement Français. En outre, à l’époque, on a éludé la question de l’islam. Rien n’a été fait dans le sens d’une sécularisation de l’islam et aujourd’hui, ça nous revient comme un retour de bâton. Un des enseignements de ces vingt ans c’est qu’on a oublié l’universalité. La société n’est pas en capacité d’accueillir ces personnes issues de l’immigration.
3. Entre la tentation communautariste et l’individualisme, comment lutter pour « l’intégration » et garder le sens du collectif ?
On manque cruellement de symboles. Le système lui-même fonctionne mal. Hier la société politique nous victimisait, aujourd’hui elle se justifie, se comportant comme si elle était  » obligée  » de nous intégrer politique. Il faut développer une culture de l’égalité, car les vraies luttes portent sur les inégalités sociales.
Aujourd’hui, les gens veulent choisir leur vie. Il y a un véritable enjeu autour de la notion d’émancipation en même temps qu’on doit reproduire du sens commun pour lutter contre l’individualisme et le repli sur soi.
20 ans après, on attend de la gauche qu’elle abolisse une autre double peine, celle de l’isolement et de la discrimination et qu’elle se batte pour faire triompher une culture de l’égalité.

Bonneuil/
Publié dans ACCUEIL, biographie, En savoir un peu plus | Marqué avec , , , | Commentaires fermés sur Entretient bio akli
Page 61 sur 61« Première page510596061