Égarons-nous au nom des grandes valeurs

La grande confusion qui règne  au sein des esprits des socialistes qui nous gouvernent impose  aux citoyens de gauche de s’interroger sur ce qui doit désormais  les rassembler.

 L’égalité,  la solidarité, la générosité, le progrès sont les  valeurs  qui ont toujours imprégnées les parcours des militants. Aujourd’hui, au nom du sacro-saint principe de réalité politique et économique, il leur est demandé de les mettre entre parenthèses voire de  les oublier sous peine d’égarement et pourquoi pas à terme de déchéance de leur nationalité.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui sonnent le glas pour ceux qui se croyaient, se pensaient, se vivaient français et qui avaient oublié qu’ils n’étaient  que les autres.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui définissent les  autres, les français d’appoint, les français de circonstance, les français accessoires, les français de secours et surtout les français potentiellement dangereux. L’histoire retiendra que c’est à un autre que sera dévolue la mission de mettre les siens à l’écart de la citoyenneté.

Déchéance de la nationalité, quatre mots qui inoculent dans l’inconscient des français qui se croient de souche que l’origine « d’ailleurs » de leurs compatriotes serait un facteur de déviance meurtrière.

En plus d’être une porte ouverte à toutes les dérives racistes et xénophobes,  cette mesure infâmante va donc  faire scission au sein de la société française et  remettre en cause non seulement le droit du sol mais également le droit du sang.

Car, comme l’on voudrait nous le faire croire, les autres ne sont pas que des naturalisés, ils sont aussi issus de vrais mariages mixtes entre autochtones et venus « d’ailleurs ». Qu’est-il donc prévu pour ces moitiés d’autres de souche, ces moitiés d’autochtones ?

Combattants de la double peine, nous voilà face à une nouvelle  peine exceptionnelle,  invraisemblable et incompréhensible, car si, nous sommes tous en accord avec l’implacable lutte contre le terrorisme que la France et le Monde doivent mener pour assurer paix et sécurité à tous les peuples, nous ne pouvons  accepter de croire en l’efficacité de la déchéance de la nationalité pour combattre la barbarie et l’obscurantisme.

Déchéance de la nationalité, cette dérive symbolique surréaliste marque définitivement  la limite de notre camaraderie socialiste, de notre soutien de militant de gauche à la gouvernance actuelle.

Aussi, fidèles à nos convictions, égarons-nous  au nom des grandes valeurs.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans ACCUEIL. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.